Lexico-Mode : Lexique Glossaire Mode

Définitions des mots de la mode : les lettres O, P et Q

Obi, Oversize, passepoil, qipao… l’univers de la mode est vaste et fourmille de mots bizarres, de termes spécifiques.Mais rassurez-vous, Mademoiselle Grenade vous propose un lexique fashion qui vous aidera à comprendre le langage de la mode qui, pour certaines personnes peut parfois sembler un peu trop complexe. Grâce à ce glossaire et aux définitions qu’il contient,  la mode n’aura bientôt plus de secrets pour vous. Cliquez sur une lettre pour obtenir la liste de tous les termes fashion qui commencent par cette lettre.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

La lettre O

OBI : Large ceinture ou écharpe rigidifiée, élégamment nouée autour de la taille d un vêtement japonais traditionnel comme le kimono ou le kosode. L’ obi est en brocart de soie, doublé dans une couleur contrastante, et a une longueur comprise entre 1,2 et 1,8 mètres pour 38 cm de largeur.

OVERSIZE : Qualifie une coupe très ample et surdimensionnée.

La lettre P

PALETOT : Manteau Trois-quarts qui se caractérise par une coupe simple avec une ligne cubique, non cintrée un col rabattu ou un col tailleur et un simple boutonnage. Le mot « paletot » désigne également une veste courte de forme droite ou trapézoïdale, à manches trois-quarts. Lorsque cette veste se ferme, c’est généralement seulement au niveau du décolleté. Elle peut avoir toutes sortes de cols.

PANTACOURT : Pantalon droit souvent à revers, dont la longueur se situe entre le genou et la cheville. Il devint particulièrement à la mode dans les années 1950 et reviens régulièrement dans les gardes-robes féminines et masculines.

PANTALON : Vêtement du dessus qui couvre le corps de la taille jusqu’à la cheville et enveloppe séparément chacune des jambes. Les hommes portent des pantalons depuis très longtemps. Le pantalon moderne a en effet eu pour ancêtres le Knicker et la culotte du début du XIXème siècle. Le pantalon droit descendant jusqu’à la cheville commença à faire son apparition dans les années 1800, mais il ne fut considéré comme une tenue acceptable pour les hommes qu’à la fin du XIXème siècle. Ce n’est qu’à partir des années 1920 que les pantalons firent vraiment partie de la garde-robe féminine. Dans les années 1920 et 1930 Chanel proposa des pantalons de voile et les femmes se mirent à porter des pantalons sur la plage et au cours de leurs loisirs. À la même époque, le pantalon du soir confectionné dans un beau tissu commença à avoir du succès auprès des femmes. La véritable révolution eu lieu dans les années 1960 avec la mode unisexe même si les restaurateurs refusaient encore souvent les femmes en pantalon dans leurs établissements. Dans les années 1970, les règles s’étant assouplies et les réactions apaisées, le pantalon décontracté comme le pantalon habillé finirent par être considérés, dans toutes sortes de longueurs et de styles, comme tout à fait acceptable pour les femmes.

PANTALON CIGARETTE : Pantalon ajusté de la taille jusqu’à la cheville, de sorte que la largeur des jambes diminue progressivement jusqu’à la cheville. Ce pantalon est à la mode très régulièrement depuis les années 1950 où il le fut pour la première fois.

PARDESSUS : Le pardessus est à l’origine un vêtement porté par-dessus tous les autres vêtements pour ce protéger du froid. Devenu un peu désuet, le terme est devenu générique et désignera successivement un manteau d’hommes amples, puis pendant tout le XIXème siècle, n’importe quel vêtement de dessus féminin et enfin, à partir du XXème siècle, de nouveau un manteau d’hommes. Aujourd’hui, on désigne par ce terme toutes sortes de manteaux droits ou croisés, coupés et fabriqués selon les techniques tailleur.

PARKA : Vêtement imperméable à capuche semblable à un anorak mais généralement plus long et coupé de manière à être plus vague.

PASSEPOIL : Repli de tissu plus ou moins large, pris dans une couture et servant à orner toutes sortes de fentes : poches, boutonnières, etc.

PATTE DE BOUTONNAGE : Patte pourvue d’une ou de plusieurs boutonnière(s).

PATTE DE SERRAGE : Patte étroite servant à resserrer les parties du vêtement où elle est placée (par exemple : à la taille, aux chevilles, aux poignets…). Cette patte est fréquemment utilisée sur des articles sportswear et constitue un moyen pratique d’ajuster un vêtement à la taille de celui qui le porte tout en conservant un aspect informel.

PETITE ROBE NOIRE : À l’origine, cette robe s’inspirait de la forme simple de la chemise. La petite robe noire est par la suite devenue un grand classique à l’heure du cocktail et une pièce essentielle de la garde-robe de toute femme. Fortement mise en avant par Chanel et Molyneux dans les années 1920 et 1930, elle est depuis un vêtement incontournable de la mode et se décline dans toutes les longueurs, toutes les formes et tous les styles.

PIED-DE-POULE : Tissage indémodable est souvent revisité à fils contrastés le plus souvent noir et blanc, qui donnent l’image stylisée d’une patte de poule. Quand le motif est plus grand, c’est un pied de coq.

PINCE : Triangle marqué sur une pièce de patron qui, une fois cousu, permet de passer d’un évasé à un ajustement, sur la longueur du vêtement et qui prend sur la pièce l’apparence d’une ligne partant d’un bord. Les pinces servent à ajuster le vêtements à la forme du corps.

PORTEFEUILLE : Désigne une jupe ou robe. Apparue au XXème siècle, la jupe portefeuille a pour origine le sarong. Il s’agit d’un rectangle de tissu qui s’enroule autour du corps et dont les deux extrémités se rabattent l’une sur l’autre sur le devant et s’attachent à la taille. La robe portefeuille est constituée sur le devant de deux pièces de tissu qui se chevauchent et s’attachent sur le côté. La robe ou la jupe portefeuille sont soit des tenues décontractées, portées par exemple à la plage, soit, dans leurs versions longues, des tenues du soir.

PREPPY ou PREPPIE : Abréviation de preparatory schools qui désigne les écoles privées préparant aux universités de la Ivy League. Le style Preppy est un style d’habillement à tendance sportwear qui imite celui des étudiants de l’Ivy League, le groupe des huit meilleures universités des États-Unis.

PRÊT-À-PORTER : Vêtements griffés mais fabriqués en série et en vente dans des magasins.

PULL-OVER : Haut en maille à manches ou sans manches qui s’enfile par la tête et descend au moins jusqu’à la taille.

La lettre Q

QIPAO : Robe droite très ajustée, portée à l’origine en Extrême-Orient. Elle a généralement un col mandarin, des manches longues et une jupe fendue des deux côtés. Cette robe fut brièvement à la mode comme tenue du soir à la fin des années 1950 et dans les années 1960.

QUIANA : Polyamide commercialisée par Dupont de Nemours à la fin des années 1960. Légère et infroissable, cette fibre servit à la fabrication de tissus et de tricots qui furent par la suite très à la mode.

QUILLE : Morceau d’étoffe triangulaire inséré dans une couture qui donne une ligne évasées du volume. Les quilles  sont utilisées en confection depuis le XIXème siècle. Elles sont utilisées afin de donner de l’ampleur à un vêtement : Jupe, robe, manteau…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *