Lexico-Mode : Lexique Glossaire Mode

Définitions des mots de la mode : la lettre B

Baby-Doll, backstage, baggy, bloomer, l’univers de la mode est vaste et fourmille de mots bizarres, de termes spécifiques.Mais rassurez-vous, Mademoiselle Grenade vous propose un lexique fashion qui vous aidera à comprendre le langage de la mode qui, pour certaines personnes peut parfois sembler un peu trop complexe. Grâce à ce glossaire et aux définitions qu’il contient,  la mode n’aura bientôt plus de secrets pour vous.

Cliquez sur une lettre pour obtenir la liste de tous les termes fashion qui commencent par cette lettre.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

La lettre B

BABY-DOLL : Si le terme est le plus souvent utilisé pour qualifier une chemise de nuit très courte, légère et de forme trapézoïdale, le mot « baby-doll » est également utilisé pour désigner une robe présentant les mêmes caractéristiques que cette tenue de nuit. La robe baby-doll est ajustée au niveau des épaules et sa ligne évasée à partir du haut de la poitrine masque cette dernière. L’ ampleur de la robe bay-doll peut être obtenu de différentes façons : smocks, jeu de fronces, plis souples etc …

BACKSTAGE : Mot anglais désignant les coulisses d’un défilé.

BAGGY : Le baggy est un pantalon très large, tombant généralement sur les hanches et dont l’entrejambe peut démarrer au niveau des genoux. En plus de sa largeur excessive, le baggy se caractérise également par des poches très grandes.

BALLERINES : Terme désignant des chaussures plates pour femmes, il existe des ballerines avec ou sans bride sur la cheville.

BANDEAU : Qualifie un soutien-gorge sans bretelles qui a la forme d’un bandeau. Parfaitement ajustée et sans bretelles, il est invisible sous les vêtements et se porte donc très souvent sous les robes et les hauts très décolletés ou sans bretelles.

BASIQUES : Indispensables, les basiques ont l’avantage de pouvoir se coordonner très facilement avec beaucoup de vêtements et forment ainsi les pièces indispensables d’un dressing mode.

BASQUES : Terme qui désigne la partie d’un vêtement qui produit l’effet d’une jupe. Les basques peuvent être de natures diverses :

1- Une pièce cousue au niveau de la taille sur toutes sortes de vêtements.

2- La partie produisant l’effet d’une jupe en s’évasant généreusement sous la taille d’une veste ou d’un manteau cintré.

3- Des pans plus ou moins longs, prolongeant une veste cintrée (par exemple le frac ou la queue-de-pie).

BATIK : Technique utilisant la cire comme agent de réserve lors de la teinture d’un tissu pour créer un décor de surface.

BERMUDA : Ce terme tirant son nom de l’archipel des Bermudes désigne les pantalons dont la longueur se situe aux alentours des genoux. Dans les années 1930 et 1940, les Bermudes étaient un lieu de villégiature en vogue. Les lois locales interdisant aux femmes de montrer leurs jambes, la mode des shorts descendants jusqu’au genou vit le jour. Depuis, le bermuda est une tenue d’été tant masculine que féminine.

BICOLORE : le terme bicolore est utilisé pour désigner des fils, motifs, des dessins imprimés ou des vêtements à deux couleurs.

BI-EXTENSIBLE ou BI-STRETCH : Les tissus bi-extensibles (Comme le Lycra®) sont très appréciés pour leur capacité à être extensibles et élastiques à la fois en largeur mais aussi en longueur. Ils peuvent s’allonger dans les deux sens et sont par conséquent très utilisés dans la conception des vêtements spécialisés pour la danse, la gymnastique…

BLAZER : Qu’elle soit soit droite ou croisée, cette veste aux boutons dorés ou d’une autre couleur contrastée se caractérise par des poches plaquées ou coupées, un col tailleur cranté ainsi qu’une coupe et une fabrication tailleur. Traditionnellement de couleur marine, il peut également être décliné dans d’autres coloris mais se porte toujours dépareillé (par exemple : Blazer bleu marine avec un pantalon blanc, blazer marine avec un pantalon rouge). Le blazer à l’origine en flanelle à grosses rayures, fut adopté dans les années 1920 par les femmes, qui le portèrent avec une jupe plissée, une chemise et une cravate. Le blazer bleu marine à boutons dorés de l’officier de marine a aussi été réinterprété pour en faire un article de mode. Le blazer, qui s’arrête généralement en haut de la cuisse, eut du succès auprès des femmes dans les années 1970, lorsqu’il devint un élément essentiel du look « executive woman ». Il était alors porté avec une jupe moulante et un chemisier ou chemise d’hommes.

BLOOMER : Le bloomer est un pantalon bouffant dont le volume important est resserré par des fronces vous des plis souples au niveau de la taille et dans le bas des jambes. Sa longueur varie pour sa version courte entre la mi-cuisse et sous le genou et entre le genou et la cheville pour sa version pantalon. Le bloomer doit son nom à sa créatrice Amelia Bloomer, une féministe américaine. Au début, le bloomer indigne, amuse ou est tourné en dérision et peu de femmes adoptent cette tenue avant les années 1880 et 1890, époque à laquelle le vélo deviendra populaire.

BLOUSE : Haut plus ou moins ample dans le bas et qui fait du volume au niveau de la taille lorsqu’il est rentré dans un jupe ou un pantalon, autrement dit : qui blouse. La blouse peut être à manches longues ou courtes, peut avoir une base évasée ou droite élastique et peut se parer de toutes sortes d’encolure. Elle est généralement conçue dans des matières fluides et des tissus légers, satinés… La blouse peut s’ouvrir sur le devant, dans le dos ou même s’enfiler par la tête.

BLOUSON : Le blouson désigne une veste dont le bas est resserré et, par conséquent, blousant. Sa longueur se situe généralement aux alentours de la taille et des hanches. Il peut être doté de toutes sortes de col ou être sans col et peut être garni ou non de poches, de pattes, d’empiècement fanatisés etc… Dans la seconde moitié du XXème siècle, le blouson a commencé à être adopté aussi bien par les femmes que par les hommes et il est généralement porté avec des tenues décontractées.

BODY : Apparu dans les années 1960, le body est un vêtement ou sous-vêtement féminin qui s’enfile par la tête et qui possède un système d’attache entre les jambes (boutons pressions ou agrafes) qui lui permet de s’ouvrir et de se refermer facilement sans avoir à se déshabiller entièrement. A l’origine, il était destiné à être porté sous les robes diaphanes à la mode. Il ne présente aucune fantaisies (nœuds etc…) afin d’épouser parfaitement le corps. Initialement de couleur chair, il faudra attendre 1985 pour voir apparaitre des bodys noirs. En effet, la créatrice américaine Donna Karan présente une collection de bodys noirs qu’elle présente avec des jeans, des jupes ajustées, des jupes portefeuille et des tailleurs.

BOLÉRO : Le boléro est une veste empruntée à la tenue des danseurs de la danse espagnole du même nom. Elle se caractérise par une coupe très courte et une ouverture, sur le milieu du devant, dépourvue d’attaches et de col. Certains boléro peuvent être sans manches et sont donc considérés comme des gilets. Aujourd’hui cette veste exclusivement féminine peut se parer d’un bouton discret ou d’une agrafe invisible. Le boléro est une pièce très féminine qui se porte facilement sur un carcan ou une petite robe noire à fines bretelles.

BOOTCUT : Qualifie un pantalon qui va en s’évasant à partir des genoux et laisse juste dépasser le bout de la chaussure. Ce pantalon évasé est particulièrement indiqué si vous portez des bottes ou un autre type de chaussures montantes.

BOUTIQUE DE MODE : Les premières boutiques de mode apparaissent dans les années 1920. Ce sont alors de petits magasins situés à l’intérieur même des maisons de couture. On y trouve des produits annexes : Une ligne sportwear  chez Patou, des bijoux chez Chanel… Dans les années 1930, d’autres couturiers s’engagent dans cette voie : Lucien Delong ouvre une boutique de mode pour y vendre ses robes griffées « Lucien Delong édition ». Après la Seconde Guerre mondiale, des boutiques vendant une seule ou plusieurs grandes marques font leur apparition dans le monde entier. Dans les années 1960, les boutiques spécialisées dans la mode jeune, bon marché, ou dans le vêtement d’occasion se mettent à proliférer en particulier à Londres.

BOYISH : Terme anglais qui caractérise l’attitude masculine d’un femme et qu’on utilise dans la mode pour décrire une style « garçonne » mais toujours équilibré entre le look masculin et le look féminin. L’idée étant de contrebalancer une pièce très masculine avec une pièce ultra-féminine.

BRANDEBOURG : Souvent associé aux manteaux Duffle-Coat, le brandebourg, qui tire son nom d’un Land Allemand ou il a vu le jour, est mythique. il s’agit d’un galon de passementerie ornant les contours d’un système d’attaches constitué d’un bouton et d’une boutonnière ou d’une boucle et d’une olive en corne.

BRODERIE : Motif décoratif obtenu par juxtaposition de différents points de couture sur un tissu ou tout autre matière. Une broderie peut être réalisée soit avec un fil de couleur ton sur ton, soit en fils de couleurs contrastées, soit en perles et/ou paillettes ou bien encore parfois au moyen d’un fil métallique. La broderie est utilisée depuis des siècles pour orner toutes sortes de vêtements féminins. Elle fût réalisée à la main jusqu’au XXème siècle.

BROCARTS : Riche tissu de soie ou de coton présentant des motifs en relief obtenus durant le tissage par l’ajout de fils de trame d’or, d’argent ou de soie. Depuis le milieu du XIXème siècle, le brocart est utilisé dans la conception des tenues de soirée.

BUSTIER : Désigne une sorte de corsage très ajusté qui enserre le buste jusqu’à la taille, tout en découvrant les épaules et les bras.  Sa forme ajustée et galbante et souvent obtenue grâce à des techniques de corseterie. Cependant, les bustiers peuvent aujourd’hui être réalisés dans des étoffes stretch ou des tricots serrés qui permettent d’envelopper étroitement et de galber le buste sans avoir recours à des armatures. Si le bustier était autrefois un sous-vêtement connu sous le nom de « corset », il est devenu, avec l’émergence du glamour dans les années 1940 un vêtement à part entière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *